Je profite du fait qu’Hugo parle de la question d’une séquence extra-diégétique pour introduire une idée que j’ai en tête depuis un certain temps. C’est une question qui me trotte depuis le début de mon baccalauréat, mais que je n’ai jamais pu affronter réellement, faute d’arguments. Même si j’aime bien en parler, je suis très réticent au concept même de diégèse. J’expliquerai ici comment il me semble que ce concept est créé par une opération qu’il crée lui-même, en amenant le « paradoxe » de la séquence extra-diégétique. J’espère par contre que vos commentaires pourront modérer mes conclusions.

Qu’est-ce que le diégétique?

Le diégétique est en quelque sorte tout ce que la fiction elle-même crée; tout ce qui est supposé par le film lui-même en tant qu’il crée un univers, un « microcosme » qui présuppose des lois auxquelles nous n’avons pas directement accès mais que nous supposons par l’expérience que nous avons avec la fiction à laquelle le film nous donne accès. Autrement dit, il y a des événements qui se déroulent, nous les étiquetons comme diégétiques car ils nous sont présentés par le film, puis nous supposons que d’autres événements existent ou auraient pu exister suivant les éléments présentés par le film.

Comment en sortir?

Ce qui définit le diégétique est en quelque sorte l’expérience du film, la fiction qu’il crée. L’extra-diégétique du film, quant à lui, est ce qui est présent dans le film, mais qui ne fait pas partie de la fiction créée par le film. À moins qu’il y ait une possibilité formelle de faire la distinction entre fiction et non-fiction au cinéma, il y a là en quelque sorte une double définition: le film vient définir la diégèse, puisqu’elle est constituée tout ce qu’il crée; dès lors, comment concevoir qu’il y ait du filmique qui ne soit pas à la fois du diégétique? Comment peut-il y avoir quelque chose qui soit à la fois présent dans le film et à la fois qui soit absent de quelque chose qui, par définition, est tout ce qui est définit par ce que le film crée?

Des présuppositions de ce qui détermine la diégèse

Puisqu’on dit souvent que le cinéma est avant tout un art visuel (affirmation avec laquelle je ne suis pas d’accord par ailleurs), on pourrait établir un critère comme quoi la diégèse est par défaut créée par l’image: par exemple, une voix pourrait être extra-diégétique, si par exemple un narrateur qu’on ne voit jamais nous racontait l’histoire. Ou encore, on pourrait dire que la voix ne fait pas office de diégétique, en disant que, si l’histoire ne fait jamais de lien avec le narrateur, ou l’inverse (Ex: « Je vais vous raconter l’histoire de mon fils. » serait le caractère d’un narrateur intra-diégétique). Mais, le fait qu’il n’y ait pas d’allusion au rapport entre le narrateur et l’histoire n’implique pas qu’il n’y aurait pas pu en avoir, si, hypothétiquement, le film s’était prolongé.

photo_movieMatrix-quoteSpoonReste que toute cette question fait plutôt partie du domaine de la convention; je ne vois pas, à proprement parler, de manière de concevoir quelque chose qui soit extérieur à l’univers créé par le film et qui soit dans le film.

Ce qui m’amène à une conclusion qui paraphrase le personnage de The Matrix (Andy et Larry Wachowski, 1999): « La [diégèse] n’existe pas. »

Image [réajoutée le 3 février 2014] tirée de http://www.fakesteve.net/2010/06/there-is-no-spoon.html.

Publié par Simon Dor

Simon Dor est professeur en études vidéoludiques à l’Unité d’enseignement et de recherche (UER) en création et nouveaux médias de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue depuis août 2016. Il a soutenu sa thèse de doctorat sur l'histoire des jeux de stratégie en temps réel. Il écrit ici depuis 2006, d'abord comme étudiant en études cinématographiques éventuellement spécialisé en jeu vidéo (2008-2015), puis comme chargé de cours (2013-2016) en études du jeu vidéo (Université de Montréal) et en communication (UQAM). Ses jeux de prédilection sont StarCraft, Sid Meier's Civilization II, Final Fantasy VI, Crusader Kings II et Ogre Battle.

Rejoindre la conversation

7 commentaires

  1. Question intéressante que voilà !

    Je crois que plusieurs films présentent différents niveaux de narration, impliquant un rapport extra-diégétique entre certains d’entre eux.

    Philippe Garrel joue régulièrement à rappeler à ses spectateurs qu’ils visionnent un film en incluant des images du tournage. Le film sort alors de l’un de ses univers pour accéder à un autre.

    On pourrait même émettre que l’intertextualité est extra-diégétique puisqu’elle renvoie à notre propre monde, externe à celui du film projeté.

  2. dans passion of anna, l’histoire est interrompue de temps à autre par les acteurs qui discutent de leurs personnages. je considère cela intradiégétique car l’intention de bergman est d’établir dans le spectateur un rapport plus rapproché avec les personnages. those interviews are part of the film`s strategy to bring the story closer to the audience.

    see malick for how untrusted narrators create stories with the effect of having them seem larger than they really are. in other words, if u know the narrator is an untrusted one, you can confabulate in your mind possible paths of truth and therefore create extra-diegectic possibilities. actually, see medem for beautiful essays on subjectivity in narrative.

  3. Reste que, s’il y a des « niveaux de narration », il faut pouvoir les prouver (ou du moins définir ce que l’on entend par là). Je suis plutôt en désaccord avec l’idée qu’il y ait une notion d’intention là-dedans [mais bon, j’ai déjà expliquer mon point de vue sur l’intention].

    En gros, si la diégèse n’est pas « tout ce que le film crée comme univers supposé », quelle en serait la définition?

  4. la définition de la diégèse est tout évement ou situation qui est narré. si tu peux relier deux évenement ensemble et cette relation est régie par une certaine logique narrative, ils font sûrement parti de la même diégèse.

  5. Mais justement, n’y a-t-il pas une relation diégétique entre un raconteur et un raconté, surtout si le raconteur raconte sa propre histoire. Seraient-ils dans la même diégèse ou dans deux diégèses différentes?

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire