La citation et son contexte

CitationJ’ai eu dans les derniers mois quelques discussions à propos de la citation, qui touchent notamment sa fonction.

Le contexte de la citation

Qu’arrive-t-il si le contexte de la citation vienne contredire la manière dont on la cite? Cette question implique nécessairement la fonction que la citation a au sein du texte. Si je dis: « x est vrai, parce que y l’a dit », bien évidemment, réfuter x par le biais du contexte de y fonctionne. Par contre, est-ce toujours comme cela qu’on cite?

Où arrêter le contexte?

Mais quel est le contexte exactement? Est-ce le paragraphe dans lequel il est cité? Est-ce le chapitre? le livre? l’auteur? l’école de pensée? ou même la discipline? Par exemple, si je cite un philosophe du XVIIIème siècle, qui a (nécessairement) des propos parfois racistes ou sexistes, est-ce que je cautionne nécessairement ces éléments? Est-ce possible d’exporter leurs réflexions en les extrayant de leurs contextes? Ces exemples semblent extrêmes, mais je crois qu’il n’en est aucunement.

Un exemple d’appropriation d’idées

Certains débats peuvent diviser profondément une discipline; prenons par exemple l’idée d’intention (au hasard!). Si quelqu’un dit dans son texte « Ici, Godard fait un long travelling de gauche à droite et montre les caisses du supermarché », je peux très bien prendre cette phrase, et la comprendre comme « Ici, il y a un long travelling de gauche à droite et on voit les caisses du supermarché ». Si je reprends certaines idées du texte, en modifiant les éléments qui me semblent ne pas fonctionner de mon point de vue anti-intentionnaliste (le fait que ce soit nécessairement l’auteur qui montre), je peux faire quand même fonctionner le reste. Ai-je « dénaturer » le texte? Le texte a-t-il une « nature » qu’il faudrait « préserver »?

Citer signifie-t-il quelque chose en soi?

Le fait de citer un auteur signifie-t-il quelque chose en soi? Est-ce que ça implique nécessairement qu’on soit d’accord avec ce qu’il dit, ou qu’on cautionne son contexte?

Publié par Simon Dor

Simon Dor est professeur en études vidéoludiques à l’Unité d’enseignement et de recherche (UER) en création et nouveaux médias de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue depuis août 2016. Il a soutenu sa thèse de doctorat sur l'histoire des jeux de stratégie en temps réel. Il écrit ici depuis 2006, d'abord comme étudiant en études cinématographiques éventuellement spécialisé en jeu vidéo (2008-2015), puis comme chargé de cours (2013-2016) en études du jeu vidéo (Université de Montréal) et en communication (UQAM). Ses jeux de prédilection sont StarCraft, Sid Meier's Civilization II, Final Fantasy VI, Crusader Kings II et Ogre Battle.

Rejoindre la conversation

1 commentaire

  1. Il y a un livre que je veux lire depuis longtemps sur la citation : La Seconde Main d’Antoine Compagnon. C’est sans doute passionnant.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire