Le rap québécois impose ses portes d’entrées sur le web

A : « Quoi? La seule manière de lire ton blogue c’est en passant par ton blogue? »
B : « Euh… ouais. »

Je suis intéressé à suivre l’actualité musicale urbaine. Je constate cependant qu’en la matière, les sites web d’actualité hip-hop au Québec ne sont pas à l’ère du web 2.0. Si l’expression « blogue » est employée, il reste à savoir ce qu’on entend par là. Il y a moyen de ne pas se fermer des portes.

Avoir un flux RSS permet aux gens de s’abonner au site. Non, je n’irai pas périodiquement me mettre à aller lire tous mes sites de nouvelles ou tous mes blogues. Je n’ai pas le goût de passer par l’ensemble de mes favoris pour aller voir s’il n’y aurait pas peut-être une nouvelle, un nouveau billet, etc. Par ailleurs, plusieurs annuaires permettent aux sites de diffuser leurs nouvelles, et il y a moyen, pour les autres blogueurs, de diffuser les nouvelles de leurs sites d’actualité préférés sur leur blogue. Si je voulais faire une section « Actualités hip-hop québécois », je serais bien embêté. Les fonctionnalités très intéressantes de Google Actualités ou Google Blog ne sont pas à éviter pour un site qui veut être bien référencé sur les moteurs de recherche.

Musique Plus a créé des blogues pour chaque émission. Mais dans quelle mesure s’agit-il de blogues, s’il n’y a pas moyen de s’abonner? HHQC, Kab Communications ou AMG Showbiz n’offrent aucun flux RSS pour les nouvelles de la page d’accueil. De son côté, le nouveau blogue de Clovys TV comporte des problèmes technologiques au niveau des flux : présents, mais pas fonctionnels. Reste à savoir comment ça avancera, mais jusqu’à présent, je ne le suivrai malheureusement pas. Lorsque je travaillais pour Hiphopfranco, j’ai insisté pour qu’il y ait ce type d’actualisation de nouvelles. Même si chaque lien RSS mène à la page d’accueil, c’est mieux que rien. Une vieille nouvelle restera difficilement trouvable, mais au moins, les nouvelles peuvent s’afficher. Mais c’est 33mag qui a la meilleure approche en ce sens, proposant un lien vers chaque page. Je continue donc à suivre leurs nouvelles. Chapeau aussi à 33mag pour être sur Twitter.

Le rap québécois n’est pas up-to-date en matière de web et, en imposant que les internautes aient la page d’accueil de chacun de ces sites en favoris, ils ne travaillent pas en collaboration mais en compétition, et aucun en fait n’optimise sa visibilité ailleurs que dans le cercle qu’ils se sont créé.

Une pensée sur “Le rap québécois impose ses portes d’entrées sur le web”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *