J’ai terminé il n’y a pas si longtemps une série vidéo non-commentée dans Europa Universalis IV en tant que Florence. J’ai un peu trop apprécié la série Medici: Masters of Florence (Frank Spotnitz et Nicholas Meyer, 2016) sur Netflix et j’avais entrepris d’essayer de faire émerger la gloire de Florence et des Médicis. Malheureusement pour moi, se faire excommunier par le pape dès le début entraîne son lot de difficultés.

J’aime croire que je ne m’en suis pas si mal sorti pour un jeu d’une telle complexité!

Publié par Simon Dor

Simon Dor est professeur en études vidéoludiques à l’Unité d’enseignement et de recherche (UER) en création et nouveaux médias de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue depuis août 2016. Il a soutenu sa thèse de doctorat sur l'histoire des jeux de stratégie en temps réel. Il écrit ici depuis 2006, d'abord comme étudiant en études cinématographiques éventuellement spécialisé en jeu vidéo (2008-2016), puis comme chargé de cours (2013-2016) en études du jeu vidéo (Université de Montréal) et en communication (UQAM). Ses jeux de prédilection sont StarCraft, Sid Meier's Civilization II, Final Fantasy VI, Crusader Kings II et Ogre Battle.

Rejoindre la conversation

2 commentaires

  1. Je n’ai jamais entendu parler d’Europa Universalis IV ! En tout cas, je suis ravie de l’avoir découvert. J’ai toujours été fascinée par ce genre de série. De plus, la carte a l’air vaste. ?

  2. Ça vaut certainement la peine! Tous les jeux de Paradox sont vraiment des incontournables à mon avis. Bien sûr, il faut s’y investir beaucoup et chacun a sa préférence, mais je pense qu’ils valent tous le détour.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire