Je viens de faire paraître un article dans la revue Game Studies portant sur les définitions dictionnairiques et encyclopédiques comme les explique Umberto Eco et leur application en études vidéoludiques. Intitulé « Strategy in Games or Strategy Games: Dictionary and Encyclopaedic Definitions for Game Studies », le texte cherche à démontrer qu’il y a une distinction à faire entre les jeux de stratégie et la stratégie dans les jeux.

Voici une traduction du résumé officiel:

La « stratégie » dans les jeux vidéo peut avoir plusieurs sens; tout comme l’expression « jeux de stratégie ». L’approche intuitive consiste à dire que les jeux de stratégie sont les descendants des jeux de guerre et que, conséquemment, à voir la stratégie comme ayant la même définition que dans le contexte de la guerre. Or, quand on l’utilise dans différents contextes comme les jeux, la guerre, la politique, la théorie des jeux ou les affaires, le terme « stratégie » pourrait être dit indéfinissable. Comment alors peut-on utiliser un tel concept dans les études vidéoludiques? Je suggère que la stratégie puisse être définie du point de vue dictionnairique ou du point de vue encyclopédique. Je montrerai que, dans les faits, les définitions de la stratégie peuvent être divisées en trois différentes catégories, selon ce qu’elles tiennent en compte: les définitions iconiques, formelles ou expérientielles. Mais les différences entre ces catégories de définitions montrent que la justification derrière elles sont aussi très différentes. Ces définitions soulignent différents aspects des jeux ou de la jouabilité, d’une représentation fidèle à la guerre jusqu’à une expérience compétitive. Je conclus en expliquant que la pluralité de ces définitions ne clarifie pas la jouabilité stratégique.

N’hésitez pas à commenter ici si vous souhaitez me poser des questions!

Publié par Simon Dor

Simon Dor est professeur en études vidéoludiques à l’Unité d’enseignement et de recherche (UER) en création et nouveaux médias de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue depuis août 2016. Il a soutenu sa thèse de doctorat sur l'histoire des jeux de stratégie en temps réel. Il écrit ici depuis 2006, d'abord comme étudiant en études cinématographiques éventuellement spécialisé en jeu vidéo (2008-2015), puis comme chargé de cours (2013-2016) en études du jeu vidéo (Université de Montréal) et en communication (UQAM). Ses jeux de prédilection sont StarCraft, Sid Meier's Civilization II, Final Fantasy VI, Crusader Kings II et Ogre Battle.

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire