Cet automne, j’ai la chance de pouvoir donner le cours Éthique et jeu vidéo (DJV1125) en co-enseignement avec Pascale Thériault. En raison du nombre de crédits total maximal de ma tâche annuelle d’enseignement, je devais diminuer le nombre de crédits de cours que je donne et le cours d’éthique a deux groupes cette année en raison du nombre d’étudiants élevés à l’UQAT et de la petitesse de nos locaux. J’ai donc demandé à Pascale si elle souhaitait diviser le cours en deux et je suis très heureux qu’elle ait accepté.

Étudiante au doctorat à l’Université de Montréal, Pascale s’est intéressée durant sa maîtrise à la figure de l’héroïne d’action, notamment dans les séries Tomb Raider et Mass Effect. Son projet de thèse est axé sur le féminisme en jeu vidéo, notamment les manières de créer des jeux et de jouer qui peuvent être féministes. Je crois que nous avons une complémentarité vraiment intéressante pour aborder ce cours!

À part quelques séances communes, nous donnerons plutôt les cours en alternance. Je suis un peu plus présent au début de la session, Pascale au milieu, et on alterne vers la fin.

Comme à l’habitude, j’ai débuté avec mon introduction classique pour montrer la différence entre éthique et morale et la distance qu’il peut y avoir entre les questions éthiques que se posent les personnages versus celles que se posent les joueurs. On a aussi eu le temps d’aborder la question de l’éthique par opposition à l’esthétique et à la rhétorique.

Nous avons eu l’occasion durant la séance 2 d’explorer en surface différentes approches éthiques énumérées par Mark Hayse (2014). Les différentes approches abordées sont les éthiques essentialistes, relativistes, l’éthique des vertus, les éthiques utilitaristes, déontologiques et égoïstes, et le féminisme et le contexte postcolonial.

La semaine dernière, c’est l’expression par le jeu et la rhétorique procédurale qui a été abordée. On a eu l’occasion de voir les possibilités et les limites expressives du jeu vidéo. Il est possible que j’aborde cette idée plus en profondeur ici dans les prochaines semaines.

Références

Hayse, Mark. 2014. « Ethics ». Dans The Routledge Companion to Video Game Studies, édité par Mark J. P. Wolf et Bernard Perron, 466‑74. London/New York: Routledge.

Publié par Simon Dor

Simon Dor est professeur en études vidéoludiques à l’Unité d’enseignement et de recherche (UER) en création et nouveaux médias de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue depuis août 2016. Il a soutenu sa thèse de doctorat sur l'histoire des jeux de stratégie en temps réel. Il écrit ici depuis 2006, d'abord comme étudiant en études cinématographiques éventuellement spécialisé en jeu vidéo (2008-2016), puis comme chargé de cours (2013-2016) en études du jeu vidéo (Université de Montréal) et en communication (UQAM). Ses jeux de prédilection sont StarCraft, Sid Meier's Civilization II, Final Fantasy VI, Crusader Kings II et Ogre Battle.

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire