Ça ne prend pas [de travail] pour [voir de la connaissance]

Souvent, je lis ou j’entends des formules qui me font me questionner sur la compréhension des gens par rapport à la connaissance. J’ai parfois l’impression que les gens voient la connaissance comme un chemin tracé d’avance, comme une progression linéaire où on peut aisément situer les gens les uns par rapport aux autres. Peut-être est-ce lié à l’idée de l’université comme un « marché » de la connaissance, où on sait d’avance ce qu’on va y chercher et où on paie pour l’avoir?

La suprématie de l’auteur sur l’oeuvre

Lors de ma lecture d’un entretien avec Abbas Kiarostami, je suis surpris de constater qu’il semble adhérer à l’idée qu’un auteur doit tout connaître sur son univers diégétique, même ce dont le texte filmique n’évoque pas: Cela me fait penser à une anecdote sur Balzac qui, lors d’un Salon, s’attarde devant un tableau représentant une …

TTC & l’exagération des stéréotypes

J’ai été surpris d’entendre Tekilatex de TTC en entrevue affirmer ne pas avoir de message au deuxième degré dans ses paroles. « Frotte ton cul par terre » veut bel et bien dire « Frotte ton cul par terre », à son sens. Malgré tout, je suis d’avis que, considérant que le public rap francophone a un contexte différent …