Ce texte est sans prétention et peut très bien avoir tort. Faites donc attention si vous avez tendance à plagier. [Note rétrospective du 4 décembre 2012: il s’agit d’un court texte qui me servait à réviser un cours au bacc, donc, sans fondement théorique autre que mes notes de cours.]

Cézanne a une œuvre différente des impressionnistes d’abord par son optique différente. Il travaille plus longtemps ses œuvres, se distanciant de l’idée d’instinct chère aux impressionnistes. Son œuvre nous montre à voir d’un seul coup d’œil quelque chose qui prendrait du temps à voir dans la réalité. Il ne met pas de détails superflus, et crée ses formes par le biais de la couleur, et non à l’avance. Il travaille à la fois la planéité et l’illusion de profondeur en même temps.

L’idée qu’amène le cloisonnisme de Gauguin (ex : La vision après le sermon), c’est un intérêt vers la simplification de la vision. L’objectif est au fond de comprendre rapidement le sens, ce qui va avoir un impact sur l’esthétique. Il utilise donc en ce sens des symboliques de couleurs, et se permet de placer des éléments irréalistes, jouant entre l’objectivité et la subjectivité. Il passera par-dessus la représentation de certains détails, qui seraient somme toute inutiles puisqu’ils encombreraient la compréhension rapide du sens de l’œuvre. C’est le cas des dentelles des bonnets des femmes représentées dans La vision après le sermon, qui ont été volontairement enlevées.

Van Gogh amènera certaines formes cloisonnistes, mais aura fondamentalement une touche très personnelle. Il symbolise parfois par les couleurs, toujours bien choisies, son œuvre étant davantage expressive plutôt qu’axée sur l’esthétique. C’est le sujet qui devient déclencheur de sensations, et la facture s’adapte à l’émotion.

Toulouse-Lautrec prône le dessin, pour dépasser l’académisme. Il s’en tient généralement à l’essentiel, et fait comprendre son sens par quelques éléments significatifs. Il trouve donc un « punch visuel accrocheur ». Son intérêt pour la nouveauté le pousse à utiliser des supports atypiques.

Images tirées d’Internet: Cézanne, Les joueurs de cartes; Gauguin, D’où venons-nous, que sommes-nous, où allons-nous?; Van Gogh, La chambre de l’artiste; Toulouse-Lautrec, Au salon de la rue des moulins.

Publié par Simon Dor

Simon Dor est professeur en études vidéoludiques à l’Unité d’enseignement et de recherche (UER) en création et nouveaux médias de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue depuis août 2016. Il a soutenu sa thèse de doctorat sur l'histoire des jeux de stratégie en temps réel. Il écrit ici depuis 2006, d'abord comme étudiant en études cinématographiques éventuellement spécialisé en jeu vidéo (2008-2015), puis comme chargé de cours (2013-2016) en études du jeu vidéo (Université de Montréal) et en communication (UQAM). Ses jeux de prédilection sont StarCraft, Sid Meier's Civilization II, Final Fantasy VI, Crusader Kings II et Ogre Battle.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire