L’artiste raté devenu théoricien

Il y a ce cliché un peu achalant comme quoi un critique (ou un théoricien) est souvent un artiste qui a complètement raté sa carrière. Bon, je me destine si tout va bien à m’en aller vers la théorie plutôt que la pratique du cinéma, et c’est le genre de choses qui me gosse. Pourtant, ce n’est pas tout à fait faux, car, en effet, je ne suis pas vraiment efficace techniquement.

J’assume donc que « le théoricien est l’artiste qui n’a pas assez de dextérité » si on accepte aussi que « l’artiste est le théoricien qui n’a pas assez de capacité d’expression écrite ».

Ça me réconforte dans mon choix.

Publié par Simon Dor

Simon Dor est professeur en études vidéoludiques à l’Unité d’enseignement et de recherche (UER) en création et nouveaux médias de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue depuis août 2016. Il a soutenu sa thèse de doctorat sur l'histoire des jeux de stratégie en temps réel. Il écrit ici depuis 2006, d'abord comme étudiant en études cinématographiques éventuellement spécialisé en jeu vidéo (2008-2015), puis comme chargé de cours (2013-2016) en études du jeu vidéo (Université de Montréal) et en communication (UQAM). Ses jeux de prédilection sont StarCraft, Sid Meier's Civilization II, Final Fantasy VI, Crusader Kings II et Ogre Battle.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire