Menu Fermer

TTC & l’exagération des stéréotypes

J’ai été surpris d’entendre Tekilatex de TTC en entrevue affirmer ne pas avoir de message au deuxième degré dans ses paroles. « Frotte ton cul par terre » veut bel et bien dire « Frotte ton cul par terre », à son sens. Malgré tout, je suis d’avis que, considérant que le public rap francophone a un contexte différent de celui de rappeurs comme Cam’ron, très cité par Tekilatex en entrevues, le fait d’avoir des paroles aussi explicites en français est déjà une prise de position et a déjà un autre sens.

Une track comme « Du sang sur le dancefloor », ne peut pas vraiment affirmer des choses au premier degré; le thème des menstruations ne peut simplement pas dans un registre « réaliste » s’exprimer ainsi. Cependant, je peux admettre l’idée que l’exagération vient créer une distance, mais cette distance est à mon sens un véritable deuxième degré. Une phrase que j’ai écrite dans ma critique de Bâtards sensibles résume globalement ma pensée par rapport à ce point:

« L’ironie y est frappante et semble simplement être pour déconner, par réflexe, simplement parce qu’ils ne s’autorisent aucune censure.« 

Peut-on admettre l’idée d’une ironie qui n’existe pas de façon intentionnelle. Je suppose que la conception de l’art après l’idée de « La mort de l’auteur » de Barthes n’a pas vraiment d’autre choix que de se pencher là-dessus, soit d’utiliser une analyse complètement contraire à l’idéologie « du récepteur » pour vérifier que celle-ci soit plus pertinente. Quoiqu’il en soit, même après infirmation de ma pensée par l’artiste du groupe, je ne suis pas convaincu que j’ai eu tort.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *