Menu Fermer

Severance: à l’inverse du cliché d’horreur

SeveranceLe film Severance (Smith, 2006) m’a fait réfléchir aux « règles » ou « codes » du genre d’horreur. Je casse ici un punch du film en disant qu’il va à l’inverse de la fameuse « morale » telle que Jaws (Spielberg, 1975) a pu nous le montrer. En effet, ceux qui survivent ne sont pas nécessairement ceux dont la morale est la plus rigide. Ça me fait vraiment penser aux clichés du film d’horreur tels que décrits dans Scream (Craven, 1996).

Considérant l’évidence de la fiction, le soulignement des ficelles de la mise en scène (Godard, 1956: 42) est ici l’intérêt du film, de son montage en quelque sorte. L’humour, les situations absurdes, font qu’en soi le film ne montre pas une réalité « horrifiante ». La seule chose qui fait que le film peut être qualifié d’horreur, c’est que son montage nous permet de faire le saut; en ce sens, on peut montrer n’importe quoi, tant et aussi longtemps que notre syntaxe, notre langage, notre montage, – notamment par la bande sonore – nous permet de tenir notre spectateur dans la peur.

GODARD, Jean-Luc, « Le chemin des écoliers », Cahiers du cinéma, no 64, novembre 1956, p.40-42.

Image tirée de IFrance.com.

Articles similaires

2 commentaires

  1. noreply@blogger.com (FFF)

    Salut,
    Je fais un petit passage sur ton blog, l’autre jour, et me voilà le consultant régulièrement. Il faut dire le ciné me passionne, mais que je suis aussi un virulent combattant du cinéma hollywoodien et de ses clichés. Si tu passes par chez nous, http://www.fff5.ca/, fais-nous un petit coucou ou mieux, viens nous soutenir le 5 juillet à 5.00 devant Concordia.
    Bonne continuation pour ton blog.
    – Akira –

  2. noreply@blogger.com (menzo)

    Cool les vidéos du fff5. Continuez, c drole!
    Pis ils ont raison, Hollywood nous fatigue avec les clichés.
    Moi c les chars qui explosent. ce peut pas a chaque fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *