Menu Fermer

La suprématie du fun: un exemple

J’attire simplement votre attention sur un article d’André Habib dans le Hors Champ, que je n’avais pas lu au moment où il était d’actualité (septembre 2006). L’article traite d’une intervention de deux individus à Tout le monde en parle, à propos des films Le goût de la cerise d’Abbas Kiarostami et Free Zone d’Amos Gitaï. En voici une citation pour vous préparer au pire:

Selon lui, ce film, « en plus d’être plate », de « raconter une histoire déprimante » (« c’est l’histoire d’un gars qui cherche quelqu’un pour l’enterrer parce qu’il veut se suicider… C’est-tu déjà assez déprimant à ton goût ! (sic) », expliquait-il, provoquant immédiatement l’hilarité de tous les invités), le film aurait le démérite supplémentaire, aux yeux visiblement aguerris de M. Sauvé, d’avoir « gagné la palme d’or à Cannes » !

On semble en être rendus là.

Articles similaires

1 commentaire

  1. noreply@blogger.com (Yvan)

    J’ai lu l’article par l’intervention d’un blogueur sur arrêtetoncinema.blogspot à l’époque. Sauvé a perdu une occasion de s’taire.
    Il a préféré flatter le plus petit Q.I. du peuple.
    La télé québécoise fait souvent pitié,mais Habib lui a brillamment répondu.

    C’est effectivement dommage que des millions rient comme des baleines devant leur tévé débilitante et que seulement des milliers réfléchissent et apprécient la culture qui nourrit.
    Perso je crois qu’il en a toujours été ainsi.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *