Menu Fermer

NIQC et Jella : deux artistes qui manquent de visibilité?

Je profite du fait qu’une internaute me pose la question par courriel pour faire quelques commentaires rapides sur Jella et Young Lionz (le groupe dont faire partie notamment NIQC). La dite internaute voulait connaître mon opinion sur ces deux artistes et leur manque de visibilité, par rapport à l’espace médiatique de groupes comme Sir Pathétik ou Radio Radio. Je lui ai répondu par courriel, mais je voulais aussi rendre publiques ces quelques réflexions.

Le problème que je note dans ma critique avec l’album Révolution tranquille de Jella, c’est qu’il ne s’en tient pas à son côté politique. Si l’ensemble du son se tient bien, la plupart des paroles est intéressante, mais quelques pistes font exception, dérogeant d’un sujet qui sied bien à l’artiste pour préférer une versification « pure » (sans thème qui soutient) qui tient moins bien la route dans son cas.

Pour NIQC, je ne le connais pas en solo. Son album au sein de Young Lionz présentait des forces, mais pas nécessairement sur les sujets. Je serais donc très intéressé à pouvoir entendre l’opinion de quelqu’un qui le connaît.

Pour la question de la visibilité, ces deux artistes semblent moins « vendables » que d’autres. Sir Pathétik a son « fan club » de jeunes qui s’identifient à lui, probablement pour sa « simplicité » (des sujets et des rimes). Radio Radio entre dans la vague TTC et Omnikrom.

Donc, bref, j’invite l’internaute en question à répondre ici si elle le désire, et ceux qui voudraient ajouter leurs commentaires sont bienvenus.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *