Maude Bonenfant, du groupe de recherche Homo Ludens, résume un article qui parle de l’organisation de la pratique du modding. Elle regroupe plusieurs points qui mettent en évidence la popularité du modding, et qui pourraient pousser les études du jeu vidéo à se pencher sur ce type de pratique. Le modding est la création de d’autres « modes » de jeux au sein d’un environnement de jeu de base. Counter-Strike, par exemple, est un mod du jeu Half-Life. Les mods sont créés en modifiant le code du jeu de base.

Le mod « cautionné » par le jeu?

Plusieurs jeux permettent par contre de modifier le principe du jeu au sein même de leur éditeur de scénario: ainsi, Starcraft a vu naître plusieurs RPGs (jeux de rôle) en jouant avec les possibilités du Campaign Editor; la série Civilization permet aussi des modifications assez facilement. Civilization II le permettait en changeant les noms et quelques chiffres dans leurs documents textes, et en éditant des fichiers images.

Cette facilité a entraîné nombre de scénarios variés, de la Seconde Guerre mondiale à un univers spatial, un univers avec des dinosaures, et un monde médiéval-fantastique. J’avais moi-même tenté d’intégrer des personnages de Final Fantasy VI et de Warcraft II pour faire ce genre de décor.

Image tirée du Tolkien Modpack v2.0 de Civilization II disponible au http://www.civfanatics.com/civ2/downloads/modpacks

Publié par Simon Dor

Simon Dor est professeur en études vidéoludiques à l’Unité d’enseignement et de recherche (UER) en création et nouveaux médias de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue depuis août 2016. Il a soutenu sa thèse de doctorat sur l'histoire des jeux de stratégie en temps réel. Il écrit ici depuis 2006, d'abord comme étudiant en études cinématographiques éventuellement spécialisé en jeu vidéo (2008-2015), puis comme chargé de cours (2013-2016) en études du jeu vidéo (Université de Montréal) et en communication (UQAM). Ses jeux de prédilection sont StarCraft, Sid Meier's Civilization II, Final Fantasy VI, Crusader Kings II et Ogre Battle.

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire