Le « sujet amené » à l’université. Partir de quoi?

Je poursuis ici cette série amorcée la semaine dernière que je pourrais appeler « commentaires de lectures de travaux ». Je crois même que je vais publier ces commentaires chaque jeudi. Ça fera plus professionnel d’utiliser une thématique à des jours fixes.

* * *

Les problèmes les plus fréquents vus dans la correction sont dans les sujets amenés, c’est-à-dire dans les premières phrases de l’introduction. Au Québec, on apprend au secondaire et au cégep à introduire son texte avec un « sujet amené », soit quelques phrases générales qui situent le sujet avant de le problématiser. Ce début d’introduction me semble souvent révélateur de la position de l’auteur face à son sujet. Puisque les étudiants de bacc ne connaissent pas en détails l’histoire de leur discipline, ils partent de concepts très larges pour tenter de les appliquer à un élément précis (élément qui serait en soi tout aussi large si le prof ne les avait pas guidés autrement).

Concevoir sa discipline « du bas vers le haut »

C’est la conception de son sujet qu’il est parfois important de questionner. Tout ceci me semble lié à la manière dont on conçoit les disciplines ou domaines d’études à l’université. Qu’est-ce qui rend un questionnement important? Qu’est-ce qui « mène » au questionnement auquel on cherche à répondre dans un travail universitaire? Le plus souvent, ce sont des éléments de la discipline. Tel texte ne clarifie pas tel élément, deux auteurs ont deux postures différentes, etc. C’est parce que les disciplines académiques sont immanentes qu’elles font naître des problématiques: le questionnement part d’une confrontation entre des éléments particuliers, spécifiques.

Plusieurs étudiants semblent avoir une conception transcendante de la discipline, « du haut vers le bas »: comme si elle était au-dessus de son sujet, comme si les questionnements qu’on a ne sont jamais reliés à la manière dont on les articule « concrètement » dans la discipline. C’est peut-être d’ailleurs pour cette raison que les étudiants n’aiment pas trop d’emblée la théorie: ils ne comprennent pas qu’en fait, ses questionnements ne sont pas extérieurs et abstraits, mais ancrés directement dans sa pratique.

Tout ça pour dire, au final, que si j’avais un conseil à donner à quelqu’un qui veut faire une introduction, je lui dirais de commencer en exposant non pas des questionnements très larges et abstraits, mais des questionnements réels posés par des chercheurs existants qui s’appuient sur des textes existants, et des questions réalisables, modestes et précises. Tenter de se demander ce qui a été fait avant et où ce texte cherche à se positionner dans la discipline.

Publié par Simon Dor

Simon Dor est professeur en études vidéoludiques à l’Unité d’enseignement et de recherche (UER) en création et nouveaux médias de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue depuis août 2016. Il a soutenu sa thèse de doctorat sur l'histoire des jeux de stratégie en temps réel. Il écrit ici depuis 2006, d'abord comme étudiant en études cinématographiques éventuellement spécialisé en jeu vidéo (2008-2015), puis comme chargé de cours (2013-2016) en études du jeu vidéo (Université de Montréal) et en communication (UQAM). Ses jeux de prédilection sont StarCraft, Sid Meier's Civilization II, Final Fantasy VI, Crusader Kings II et Ogre Battle.

Rejoindre la conversation

13 commentaires

  1. Un billet très clair et pertinent. C’est sans doute une très bonne manière d’expliquer à un étudiant à faire une intro. Merci, je note pour mon enseignement 😉

  2. Je comprends rien. J’ai un texte à faire pour demain. Mais au moins donner bous des informations PERTINENTES! Des exemples par exemple

  3. Je ne fais pas vraiment de billets sur demande. Si vous avez des questions en général sur l’idée du « sujet amené », n’hésitez pas à les écrire ici, mais c’est un peu difficile de donner des exemples, parce que c’est lié directement à ce sur quoi le texte porte.

  4. moi non pluus je ne comprend rien de votre expliquation vous pourier faire quelque chose de plus comprenable ?

  5. Bonjours jaimerais avoir un exemple de sujet amené et posé sur varadero pour maintenant!!!!! SVP

  6. Désolé, je ne travaille pas sur demande ni ne fait le travail à la place de personne d’autre. De toute façon, un sujet amené et posé ne se fait pas uniquement sur la base d’un mot-clé. Faudrait que vous sachiez ce que vous voulez dire sur votre sujet avant de l’écrire.

  7. je apporterai un modéle de ma profeusseure Linda P.
    Peut-on affirmer que l’nternet a rapproché les gens?
    Mes grands parents ont vécu l’arrivée de l’électricité, mes parents, l’arrivée de la télévision, moi, l’arrivée des ordinateurs et mes enfants, celle de l’internet qui a un effet grandiose sur la gestion de nos vies. Mais l’internet a-t-il vraiment rapproché les gens?. Á ce sujet,mon opinion est mitigée.D’un côté, oui l’internet a rapproché les gens: premièrement, en accentuant la rapidité des communications et deuxièment en permettant la diffusion d’informations non accesibles auparavant; d’un autre côté, l’internet a isolé les adeptes, et les gens qui subissent l’isolement de leurs proches,en les gardant attachés à leurs ordinateur plutôt que de les encourager à chercher des contacts physiques personnels et chaleureux et à les maintenir.

  8. Etant un ancien professeur de langue française, je suis disposé à aider ceux qui le souhaitent à structurer leur texte et à chercher les idées; notamment s’il s’agit de textes d’opinion.

  9. Bonsoir, ma fille est en 3e annee. Elle doit ecrire un texte sur les medecins. Il lui faut un sujet amener, un sujet poser et un sujet diviser. Je ne comprends pas la difference entre les 3. Si possible, pouvez vous m’aider…
    Merci

  10. Bonjour Melissa,

    Oui, tout à fait.

    Le sujet amené est la mise en contexte de l’argument et de la question sur laquelle porte le texte.

    Le sujet posé est la question ou le point central du texte: ce qu’on cherchera à résoudre, à expliquer, à décrire ou à démontrer.

    Le sujet divisé est le plan ou la structure du texte dans ses grandes lignes: j’expliquerai d’abord a, puis b, puis c, etc.

    J’espère avoir pu vous aider!

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire