Il y a environ trois ans que je ne suis plus intensivement la scène hip-hop d’ici. Il y a quelques mois, je reçois l’album Prisonniers du temps de Terio & Fly, avec la mention Hiphopfranco.com, et j’ai décidé sur un coup de tête de saisir la balle au bond et de replonger dans l’exercice d’écriture de critiques.

Ça m’a rappelé, évidemment, pourquoi je n’en faisais plus. D’une part, je n’ai pas le temps d’essayer de trouver quelque chose de pertinent à dire sur quelque chose pour lequel je n’aurais manifesté aucun intérêt à la base. D’autre part, c’est rare que je me sens dans une position de critique face à quelque chose que je regarde ou que j’écoute. Quelque part, le commentaire d’Yvan dans mon dernier billet m’a aidé à m’expliquer cette attitude:

Quelle est ton opinion et ta critique Simon,
à propos de Machiavel versus Sun Tzu? Tu ne fais que nommer tes lectures.

J’arrive difficilement à trouver une raison ou un angle sur lequel prendre un objet à critiquer. Ou du moins, je ne vais pas chercher cet angle ou cette raison naturellement. C’est comme si je ne voulais pas lui trouver une place dans un ensemble que je construis d’avance (l’idée d’une « bonne » œuvre, par exemple), alors que je pourrais tout au contraire partir de l’œuvre et voir, par après, dans quoi l’inscrire.

J’ai l’impression que la critique est finalement bien souvent plus un jugement qu’une critique.

Publié par Simon Dor

Simon Dor est professeur en études vidéoludiques à l’Unité d’enseignement et de recherche (UER) en création et nouveaux médias de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue depuis août 2016. Il a soutenu sa thèse de doctorat sur l'histoire des jeux de stratégie en temps réel. Il écrit ici depuis 2006, d'abord comme étudiant en études cinématographiques éventuellement spécialisé en jeu vidéo (2008-2015), puis comme chargé de cours (2013-2016) en études du jeu vidéo (Université de Montréal) et en communication (UQAM). Ses jeux de prédilection sont StarCraft, Sid Meier's Civilization II, Final Fantasy VI, Crusader Kings II et Ogre Battle.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire