J’ai tendance à aimer le système proportionnel, parce qu’il force le pouvoir à faire des compromis. Cependant, ce mode de scrutin alternatif expliqué par C.G.P. Grey me semble une idée intéressante, qui permet à l’électeur de voter pour son idéal, mais ultimement de mettre au pouvoir le compromis. Parce que gauche + droite ne donne pas centre.

Ce n’est pas un mode de scrutin proportionnel, mais un système qui élit un dirigeant (mais on pourrait imaginer un député) en fonction d’un système de priorités. Les électeurs votent pour chacun suivant un ordre de priorité (1,2,3, etc.). Le candidat qui récolte le moins de votes est enlevé du scrutin et le choix des électeurs qui l’appuyaient est reporté sur leur second choix. Jusqu’à ce qu’il n’y ait qu’un seul candidat restant. À la différence du scrutin à deux tours, le candidat qui arrive en troisième position, par exemple, peut ultimement être élu, s’il fait davantage compromis aux yeux des électeurs des candidats avec le moins de votes.

Publié par Simon Dor

Simon Dor est professeur en études vidéoludiques à l’Unité d’enseignement et de recherche (UER) en création et nouveaux médias de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue depuis août 2016. Il a soutenu sa thèse de doctorat sur l'histoire des jeux de stratégie en temps réel. Il écrit ici depuis 2006, d'abord comme étudiant en études cinématographiques éventuellement spécialisé en jeu vidéo (2008-2015), puis comme chargé de cours (2013-2016) en études du jeu vidéo (Université de Montréal) et en communication (UQAM). Ses jeux de prédilection sont StarCraft, Sid Meier's Civilization II, Final Fantasy VI, Crusader Kings II et Ogre Battle.

Rejoindre la conversation

3 commentaires

  1. Bof, ça me semble être une alternative dans un contexte de système uninominal… mais c’est un peu… le même problème. On élit un gars pour diriger pendant 4 ans… Puis, ça ne règle pas le problème du trop de pouvoir à l’exécutif, de la dictature de la majorité, etc…

  2. Pas trop d’accord avec l’expression « dictature de la majorité ». J’irais avec « gouvernance de la majorité », car je ne suis pas prêt à dire que c’est une dictature.

    Mais sinon, je crois que ça permettrait quelque chose d’intéressant. Je sais, par exemple, que la CAQ et QS ne s’entendraient jamais pour créer un gouvernement stable, mais je préfèrerais dans ce cas le PQ au PLQ. Ce système me permet cet équilibre.

    Remarque, par contre, je préfèrerais l’appliquer pour une élection présidentielle, mais je vois beaucoup d’avantages à ce système qu’à celui proportionnel, bien que je n’aie pas tranché encore sur ce que je préfère.

  3. De mon côté, je crois que ce mode de scrutin alternatif est nettement préférable au scrutin proportionnel. Quand tu votes pour un parti qui, par nécessité de coalition, finit par s’allier avec des partis qui tu condamnes vivement, ça cause au moins autant de cynisme que le système actuel.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire