Menu Fermer

Game of Thrones

Ça faisait longtemps que je souhaitais voir Game of Thrones (HBO, 2011-), série télé adaptée de A Song of Ice and Fire de George R.R. Martin. J’ai tendance à être un peu intense sur un certain nombre de choses, et Game of Thrones en fut l’une: j’ai visionné les trois saisons en dix jours. C’est probablement la meilleure série télé que je n’ai jamais vue.

Game_of_Thrones_title_card

Il y a au moins trois choses auxquelles je pense spontanément qui me font apprécier cette série.

Il y a l’idée que ce qui appartient au monde du merveilleux (comme les Dragons et les morts-vivants) est présent dans la série dès la première scène, mais les personnages n’ont pas tous conscience de leur existence. Les dragons ont disparu depuis plusieurs siècles bien qu’on en ait préservé des ossements et des œufs pétrifiés, les morts-vivants apparaissent comme des mythes, la religion semble peu prise au sérieux par la majorité des personnages. D’autres éléments de ce merveilleux sont plus évidents, mais semblent tellement quotidiens qu’aucun personnage ne semble en faire grand cas: Eyrie, une forteresse construite à une hauteur vertigineuse, et le Mur, structure tout aussi haute qui couvre toute la largeur du continent de Westeros au Nord (qui pourrait par ailleurs être inspiré du Mur de Fermont!). Ce qui apparaît comme merveilleux n’est pas trop présent, ni trop éloigné de notre réalité non plus, comme ce que peut l’être par exemple la Terre du Milieu.

Westeros, le continent sous le joug du trône de fer (source).
Westeros, le continent sous le joug du trône de fer (source).

J’aime aussi le fait que la série sait prendre son temps. Dans les trois saisons déjà diffusées, beaucoup d’enjeux ont eu besoin de temps pour bien se ficeler. Si les batailles ou assassinats sont très rapides et peuvent parfois changer d’un seul coup tous les enjeux en place, la guerre, elle, semble interminable jusqu’à devenir quotidienne et normale. Les prétendants au trône de fer aussi doivent nécessairement être patients. À avoir vu tout ça en dix jours, je n’imagine pas ce qu’a pu être l’attente entre la diffusion de chacune des saisons.

Le thème de la famille est par ailleurs central, peut-être un peu plus dans le livre. On mentionne la question de l’héritage à son fils le plus âgé, le mariage qui implique le déplacement de la femme dans un nouveau contexte familial et sa séparation de sa famille de naissance, la mise sous tutelle des enfants (plusieurs personnages sont élevés dans une autre famille que celle de leurs parents) et son implication sur la loyauté ou sur le sentiment de fraternité, l’héritage génétique de chacun des parents et les potentielles tares de la consanguinité, l’inceste, les droits sur l’héritage et la succession légitime, les enfants nés de relations extraconjugales, etc.

J’ai commencé à lire les livres parce que j’ai l’impression que je pourrai me rendre plus vite où je suis rendu qu’en attendant la prochaine saison! J’espère, par contre, que je serai tout aussi satisfait du suspense présent dans les livres. C’est un choix intéressant, quand même. En théorie, le livre précède la série et peut prétendre légitimement devoir être lu « pour être prêt » avant de voir la série. Mais dans les faits, je peux bien regarder la série avant si je veux. Au fond, quel plaisir est-ce que je souhaite privilégier?

Un mod de Game of Thrones pour Crusader Kings II

Un mod du jeu Crusader Kings II est sorti dans l’univers de Game of Thrones, un peu comme celui sur Elder’s Scrolls. La dynamique d’héritage et de succession de Crusader Kings II sied sans doute très bien à l’univers de Martin. C’est peut-être l’échelle et les enjeux qui sont différents: CKII traite surtout de l’implication des dirigeants sur la succession, alors que GoT implique d’autres acteurs. Je n’y ai joué qu’une quinzaine de minutes pour l’essayer (il est encore et peut-être pour longtemps en beta), mais j’ai bien hâte de voir si l’ambiance reste la même!

Articles similaires

4 Comments

  1. Philippe Dor

    Moi aussi le mur me faisait penser au mur de Fermont! Surtout que, au début, j’avais mal lu et je croyais que les châteaux du Night Watch se trouvaient dans le mur, comme la ville de Fermont. Mais, apparemment que la vraie inspiration du Mur, est le mur d’Hadrien.

  2. Simon Dor

    En effet, ça semble assez directement lié au mur d’Hadrien, notamment car ça fait toute la longueur du continent et Westeros ressemble beaucoup à la Grande-Bretagne. Mais l’idée de bloquer le vent comme « menace du nord » me semble intéressante 🙂

  3. Audrey Bélanger

    Moi, j’ai commencé par les livres!

    C’est encore plus lent, on prend encore plus le temps de mettre en place les conflits et les enjeux de pouvoir! Soit patient, ça vaut le coup! Tu découvriras des personnages qui n’ont pas été montré à la télé.

    De plus, pour moi, la structure narrative du livre est unique et n’a pas été reprise à la télévision. Ça m’est arrivé quelques fois, de sauter quelques chapitres pour aller lire les premières pages du chapitre du personnage que je venais de terminer, juste pour voir ce qui arrivait à ce personnage.

    En somme, je dirais excellent livre, bonne adaptation, quel plaisir!

  4. Simon Dor

    J’en suis au deuxième livre, c’est vraiment une expérience renouvelée! Évidemment, je sais tous les punchs mais on va tellement en profondeur dans la précision et on prend le temps qu’il faut pour mettre en place chaque chose et préparer au pire!

    J’avoue que, quand j’en serai à des passages que je ne saurai pas d’avance, je vais devoir résister pour ne pas faire comme toi et aller lire le prochain chapitre du même personnage!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *