Pour Thierry — que j’ai recroisé récemment à travers son stream —, pour se rappeler des bons moments de notre adolescence.

Introverti depuis l’enfance, tu le sais, eh?
Cette carapace rigoureuse a eu raison de ma joie
Effaçant le sourire de mes traits
Jeune au contact d’histoires tristes, convaincu que la vie est une suite de deuils
J’en ai oublié les doux moments

Akhenaton écrivait en 2006 qu’il avait fait cet album, Sol Invictus (2001), « en dépression, le moral fracassé » (« Alamo », sur Soldat de fortune). Je me souviens d’avoir été marqué par cette phrase portant un regard rétrospectif sur son œuvre. Je me reconnaissais dans cette émotion. Je n’ai jamais été en dépression, mais quelque chose de sombre dans l’adolescence m’attirait invariablement vers des textes plus introspectifs, mélancoliques, tristes, colériques ou résignés. J’ai l’impression d’avoir vécu le sentiment nostalgique avant d’avoir les souvenirs qui y sont normalement nécessaires.

Publié par Simon Dor

Simon Dor est professeur en études vidéoludiques à l’Unité d’enseignement et de recherche (UER) en création et nouveaux médias de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue depuis août 2016. Il a soutenu sa thèse de doctorat sur l'histoire des jeux de stratégie en temps réel. Il écrit ici depuis 2006, d'abord comme étudiant en études cinématographiques éventuellement spécialisé en jeu vidéo (2008-2015), puis comme chargé de cours (2013-2016) en études du jeu vidéo (Université de Montréal) et en communication (UQAM). Ses jeux de prédilection sont StarCraft, Sid Meier's Civilization II, Final Fantasy VI, Crusader Kings II et Ogre Battle.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire