Menu Fermer

Heroes of Might and Magic II: The Succession Wars (1996) – Archibald

J’ai parlé très brièvement d’Heroes of Might & Magic II: The Succession Wars (New World Computing, 1996) il y a quelques temps en parlant de la représentation de l’espace-temps dans le jeu de stratégie. Je n’avais que très peu joué les campagnes, préférant souvent jouer en mode « hotseat » à plusieurs. J’ai donc décidé de remédier à ça en commençant la campagne d’Archibald dans l’opus original.

Le principe de ce jeu de stratégie au tour par tour est intéressant. Chaque joueur contrôle un ou des châteaux et un ou des héros. Il doit recruter des unités dans ses châteaux en payant pour les engager s’ils sont présents dans les différents bâtiments, lesquels se remplissent à chaque semaine, soit chaque sept tours. Il peut déplacer ses héros d’un nombre de cases fixe, déterminé par les capacités du héros. Le but du jeu est d’accomplir une mission particulière, ce qui implique la plupart du temps, directement ou indirectement, d’éliminer tous les autres joueurs. Des unités neutres jonchent le terrain et défendent le plus souvent des points de ressources et des power-ups temporaires ou permanents répartis sur la carte.

Les combats se déroulent aussi au tour par tour. Les unités sont regroupées en troupes, lesquelles peuvent contenir une quantité infinie d’unités de même type. Le terrain est divisé en hexagones et les unités peuvent s’y déplacer ou attaquer à distance les adversaires de l’autre côté de l’affrontement. Le héros pourra décider d’utiliser des sorts et choisir de se replier ou d’acheter une reddition au besoin.

L’enjeu principal est le timing: il faut savoir quand attaquer quoi, ne pas s’aventurer trop loin pour ne pas se faire attaquer sur un autre front, diviser ses troupes efficacement entre différents héros.

Heroes II est le second de la série, mais s’inspire beaucoup de King’s Bounty (1990) de la même compagnie et reprend les personnages de la série Might & Magic. J’y ai joué par le biais de Heroes of Might and Magic II: Gold (1998), une édition qui contient l’original et l’expansion, The Price of Loyalty. Le principal point négatif est le changement de la musique dans les châteaux: l’opéra de l’original était beaucoup plus intéressant que cette nouvelle version. La bande-sonore est cependant disponible à part avec l’achat du jeu sur GOG.com.

Développé par New World Computing, publié par The 3DO Company.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *