Le besoin d’écrire de la fiction

Je suis en plein déménagement, mais presque complètement installé dans mon nouveau bureau. J’ai tellement écrit dans l’autre pièce, je me sens maintenant comme si c’était un nouveau départ. Mes livres sont installés dans ma nouvelle bibliothèque, à côté de quelques boîtes de jeux vidéo et de vieilles consoles. Ma blonde et moi avons maintenant chacun notre bureau pour pouvoir travailler en même temps et plus ou moins rester dans nos affaires, question de pouvoir, pour le mieux, faire la distinction entre vie professionnelle et vie personnelle.

L’inspiration – L’appétit vient en mangeant

En naviguant dans mes articles incomplets non-publiés (qui sont actuellement au nombre de 108), j’en trouve un que je suis en train de compléter en ce moment et qui se trouve à être celui que vous lisez ici. Les éléments qui y étaient déjà présents commencent à partir du prochain paragraphe.

L’état d’esprit d’un moment précis

Mon dernier billet « sur » la page blanche mérite peut-être quelques explications. Non pas nécessairement que je sois en train de souffrir du syndrome de la page blanche, mais plutôt que je trouvais que ça illustrait bien un sentiment un peu connexe que j’éprouve ces temps-ci.

De retour

Je suis au lendemain de la remise de la deuxième version finale de mon mémoire de maîtrise. C’est un travail qui a été somme toute étrange et qui m’a permis de mieux me connaître. Je ne suis pas aussi enthousiaste que j’aurais cru l’être aujourd’hui parce que mon ordinateur principal est mort hier matin, avant ma remise.

Entre le goût d’écrire et celui d’avoir écrit

J’ai commencé ce blogue alors que j’étais un jeune étudiant au baccalauréat en Études cinématographiques. Dans les débuts, j’oscillais entre mes critiques de rap et quelques réflexions sur mon domaine d’études. Mon blogue a évolué avec le temps, peut-être pour qu’il y ait moins d’articles, mais j’aime la forme qu’il a. Comme la fréquence est […]

La Structure – Quatre éléments | Créer sa propre lumière

« Je sais que ma canne va, tourner ton mur en canevas » (Luwee le metroman, dans La Structure, « Quatre éléments », Fraîcheur garantie, 1999) Il y avait quelque chose de particulier à La Structure. J’avais je crois une fascination pour leur écriture très multisyllabique. En misant sur les sonorités de syllabes de cette manière, en multipliant le […]