Jozef Siroka sur le cinéma d’auteur « vulgaire »

Ce que j’aime de Jozef Siroka, c’est en grande partie son humilité comme blogueur. Il est capable de synthétiser, clarifier et creuser des questions pertinentes en faisant dialoguer différentes perspectives, différents points de vue, sans s’approprier les idées des autres. La pertinence, ce n’est pas essayer d’être le premier à avoir dit quelque chose, mais d’être le premier à chercher à comprendre et à faire comprendre quelque chose.

La critique : parlez-en en bien, parlez-en en mal…

Sur son blogue, Marc-André Lussier nous explique qu’il s’est déjà fait dire qu’une critique devrait se taire plutôt qu’être négative devant un film québécois.