Radio, info, philo | Le Devoir

Une citation de Raymond Aron sur son rapport à l’actualité, tirée d’un article de Stéphane Baillargeon dans Le Devoir. Il se questionne sur le rapport qu’un bagage philosophique peut avoir avec l’actualité: « Il m’est arrivé que le directeur du journal dans lequel j’écrivais me demande : “Que pensez-vous de tel événement ?”, termine Raymond Aron. Et je répondais : “Je n’en pense […]

Critiques d’ici: François Lévesque

Jozef Siroka a récemment entrepris une série d’articles où il s’entretient avec d’autres critiques de cinéma au Québec. Il a notamment interviewé Jason Béliveau du site Quatre trois qui était aussi à la barre du blogue Insécurité nationale que je suivais il y a quelques années. Le plus récent, François Lévesque, critique cinéma au Devoir et […]

L’intellectuel et le débat public

Dans Le Devoir de cette semaine, Christian Nadeau, professeur de philosophie à l’Université de Montréal, s’interroge sur la question de la vérité dans le débat public. L’article est en fait à l’origine paru dans la revue Découvrir, la revue de l’Acfas, en mai 2013. Pour avoir été très présent dans les médias lors du printemps étudiant de 2012, Nadeau explique un peu plus en détails les motivations et les conditions de son engagement.

L’après-crise étudiante selon Paul Ricoeur dans Le Devoir

Un article de Simon Couillard, enseignant en philosophie au Cégep de Drummondville, paru dans le Devoir hier, rappelle une réflexion que Paul Ricœur avait formulée en juin 1968, dans la revue Esprit.

Opinion, interprétation, etc. et le journalisme

Josée Boileau, la rédactrice en chef du Devoir, signe un texte sur ProjetJ à propos des allégations de non-respect par Gilles Duceppe d’une règle concernant les finances des députés. Elle en conclut, au fond, qu’il s’agit d’une question concernant le journalisme même, et non pas d’une question partisane. Ce qu’elle affirme vers la fin du […]

Ça ne prend pas [de travail] pour [voir de la connaissance]

Souvent, je lis ou j’entends des formules qui me font me questionner sur la compréhension des gens par rapport à la connaissance. J’ai parfois l’impression que les gens voient la connaissance comme un chemin tracé d’avance, comme une progression linéaire où on peut aisément situer les gens les uns par rapport aux autres. Peut-être est-ce lié à l’idée de l’université comme un « marché » de la connaissance, où on sait d’avance ce qu’on va y chercher et où on paie pour l’avoir?

Les choses et l’évocation. Au-delà du deuxième degré

J’adore les chroniques de David Desjardins. Sa dernière porte sur l’histoire d’un homme qui termine une relation avec une femme qui avait deux filles d’une relation précédente. Nécessairement, il a développé au cours des années une relation paternelle avec elles. Très touchant. Comme souvent, je me rends compte qu’en lisant un livre ou en regardant un film, ce sont des éléments qui m’apparaissent à première vue secondaires qui viennent me donner des idées parallèles.