Suprême NTM et la double distance du verlan

Je n’ai écouté d’album de Suprême NTM (ou seulement NTM) que leur album éponyme, Suprême NTM (Epic, 1998). J’ai toujours été plus Marseille que Paris. Je n’ai jamais trop aimé le verlan, très caractéristique du rap des banlieues parisiennes. Peut-être parce que ça m’apparaissait comme une manière simple de faire des rimes. Cela dit, c’est en […]