Last.fm et la diversité musicale

|

|

C’est vrai, je n’ai pas une très grande diversité dans mes goûts musicaux. Pour plusieurs raisons en fait, et peut-être entre autres dans la fonction de la musique: si j’écoute activement, certains types de musique ne fonctionnent tout simplement pas. Mais, je les apprécierais parfois en fond sonore, ou accompagnant des images animées.

Mais mes statistiques sur Last.fm m’ont fait réfléchir à quelque chose. En gros, il s’agit d’un site qui permet de compter les chansons qu’on écoute, avec l’ajout d’un plug-in dans notre lecteur musical sur l’ordinateur, et fait des statistiques.

Sur 5000 lectures, 300 sont celles du groupe que j’écoute le plus, IAM. Cela ne représente que 6% de la musique que j’écoute. La plupart des artistes de mon top 50 ont autour de 30 lectures, soit 0,6% du total joué. En fait, mon top 50 s’étale de 21 à 300. Il y en a énormément en dessous de 21. Admettons que la moyenne des 50 soit de 35 [ce qui est environ le cas], cela ne représenterait que 1750 chansons, soit 35% du 5000 total. Cela veut dire que 65% des chansons que j’écoute ne sont pas parmi le top 50. Donc, que chaque artiste qui les joue a moins de 21 chansons jouées: il y en a donc énormément qui se cachent dans la zone hors-champ du top. Pour ceux qui doutaient qu’il existait beaucoup de groupe de rap francophone, je confirme: il y a une réelle diversité. En quantité, ces statistiques le montrent; en qualité, il s’agit d’une des missions de mon blog de le prouver.

Mais je suis d’accord qu’il faudrait que je diversifie mes genres musicaux pour mieux connaître. Bien sûr, je ne peux aller contre mes intérêts. Donc, j’y vais progressivement quand ça m’intrigue.

En même temps, une annonce chez Bell [mon emploi rémunéré] m’a mis en face de la réalité: il faudrait dix ans à temps plein pour écouter leur mpthèque (et ils n’ont pas tout, croyez-moi). C’est physiquement impossible de tout connaître. Imaginons le reste.


En lire plus sur:

Partager cet article sur:

À propos de l’auteur


Une réponse à “Last.fm et la diversité musicale”

  1. Avatar de noreply@blogger.com (Yvan)

    Même en établissant des priorités pour l’expérience de nos intérêts et goûts, on y arrive pas encore 🙂

    C’est dire la quantité faramineuse de culture qui a existé et existe.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je suis professeur en études vidéoludiques à l’Unité d’enseignement et de recherche (UER) en création et nouveaux médias de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue au centre de Montréal.


En libre accès en format numérique ou disponible à l’achat en format papier.


Derniers articles


Derniers commentaires


Catégories


Blogroll