La division des textes

Voici un autre texte dans la lignée de mes commentaires de lectures de travaux. Je constate par contre que ce que je dis est très lié à la rédaction en général et à mon expérience pendant mon mémoire de maîtrise. Bref, je souhaite que ce ne sera pas interprété comme étant des conseils paternalistes ou condescendants de quelqu’un qui en est maintenant au-delà: ce sont des conseils que je me donne à moi-même dans ma rédaction.

Diviser un texte

Souvent, diviser un texte en sections apparaît problématique. Suivre un cheminement logique n’est pas si logique en soi.

Dans un travail de bacc où nous avions à faire une analyse comparative de trois textes théoriques de contextes et de périodes différentes, mon premier réflexe était de diviser mon texte de sorte que chaque texte ait sa section. Le prof a cependant mentionné brièvement une idée, que j’ai trouvée magistrale et qui me permet de comprendre bien davantage comment une démonstration peut être logique. Commencer par parler des points de convergence des textes, puis des divergences, pour ensuite en faire une synthèse. Parce que trois textes riment avec trois sections ne veut pas dire qu’on doit parler des trois dans cet ordre.

Autrement dit, au fond, le sujet de mon texte n’est pas la somme des trois textes. Je m’intéresse aux points de vue des textes. Une comparaison entre des textes comprend notamment une synthèse: notre intérêt est porté vers là où les textes se rejoignent et où ils divergent.

Problème d’y aller texte par texte

Si j’avais divisé mon texte en sections qui correspondent aux textes analysés, le problème auquel j’aurais fait face aurait sans doute été les répétitions ou les redites. Je peux résumer la position d’un texte en entier dans une première section, mais la seconde section se trouvera à répéter plusieurs éléments: « comme le texte de x, y dit… ». Comment ne pas répéter si on divise le propos ainsi?

On se retrouve aussi, à la fin, à avoir abordé tous les textes mais à ne pas y avoir mis en évidence un lien logique, à ne pas les avoir analysés ensemble, sauf peut-être en conclusion. En travaillant thème par thème, la synthèse se fait dans le corps du texte, elle se comprend progressivement au fur et à mesure de la lecture. Elle permet, finalement, de prendre davantage son temps pour mieux expliquer en quoi les textes se rejoignent ou divergent sur les aspects fondamentaux qu’on veut analyser.

Tout montrer de la démarche

J’ai l’impression que le réflexe d’y aller texte par texte vient du fait qu’on veut tout montrer de notre démarche d’analyse. Même un travail thème par thème débute souvent avec un travail de résumé de chaque texte, lequel sera éliminé au final, mais nécessaire à la compréhension. Une synthèse des idées d’un texte sur différents thèmes ou points de vue est pourtant probablement une meilleure manière de l’expliquer.

Publié par Simon Dor

Simon Dor est professeur en études vidéoludiques à l’Unité d’enseignement et de recherche (UER) en création et nouveaux médias de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue depuis août 2016. Il a soutenu sa thèse de doctorat sur l'histoire des jeux de stratégie en temps réel. Il écrit ici depuis 2006, d'abord comme étudiant en études cinématographiques éventuellement spécialisé en jeu vidéo (2008-2015), puis comme chargé de cours (2013-2016) en études du jeu vidéo (Université de Montréal) et en communication (UQAM). Ses jeux de prédilection sont StarCraft, Sid Meier's Civilization II, Final Fantasy VI, Crusader Kings II et Ogre Battle.

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire