Menu Close

Monopole numérique et confidentialité sur Facebook

Aujourd’hui, j’ai désactivé mon compte Facebook, un peu sur un coup de tête.

Je ne sais sincèrement pas combien de temps je vais être capable de maintenir mon absence sur ce réseau. Sincèrement, ça se compte peut-être en heures. À peu près tout ce qui se passait numériquement passait par là d’une manière ou d’une autre (événements, messages privés, etc.). Plusieurs de mes contacts universitaires se font via ce réseau, notamment le Reliquaire et Kinephanos. C’est un quasi-monopole numérique qu’ils se sont construits et je regrette d’être un peu tombé dans le panneau comme tout le monde.

La faille de confidentialité qui est arrivée récemment m’a relativement ébranlé aujourd’hui.

J’ai lu des messages privés de 2007 et 2008 sur mon wall. J’ai lu des messages privés sur le wall de ma blonde qui concernaient des choses qu’on n’écrit jamais publiquement. L’erreur a été de considérer Facebook comme un courriel. Ce n’est visiblement pas le cas.

Bien sûr, avant de désactiver mon compte, je me suis arrangé pour tout bloquer sur mon wall. Sauf que, en théorie, ce que j’ai écris ailleurs est encore visible sur le wall des autres. Je ne sais absolument pas si j’aurais pu écrire quelque chose de blessant, de compromettant, de confidentiel, ou quoique ce soit. Sauf que, le principe est que si je l’avais fait, ce serait maintenant public, sur le wall des autres, et donc hors de mes paramètres de confidentialité.

Donc, par principe, je débranche. J’espère que ce ne sera pas temporaire.

Articles similaires

2 Comments

  1. Simon Dor

    Voilà, je l’ai déjà réactivé. Ne plus pouvoir recevoir de messages via Facebook aurait pu être problématique. Mes amis (et moi-même d’ailleurs) passent trop souvent par là pour les courts messages, notamment lorsque plusieurs personnes sont impliquées.

    Je vais essayer à la place de complètement changer de réseau pour à peu près tout.

  2. Shannon

    C’est vraiment alarmante. Il n’est pas arrivé à moi, mais votre text m’a fait réaliser que le sentiment de sécurité offert par réseaux sociaux est une illusion. Je ne serais pas surpris s’il est vrai que Facebook vend des informations privées aux entreprises et aux organismes gouvernementaux. Vous avez raison certainement à propos le quasi-monopole numérique. Je crains que nous nous fions trop sur ce qui n’est pas fiable.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *