Patricia Hernandez de Kotaku semble fascinée que Dota 2 ait une fonction « pause ». Même si ce n’est pas nouveau (il y avait la fonction dans Brood War), je souligne cet article pour cet extrait qui pourrait faire écho à mon cours sur l’immersion:

La plupart des jeux en multijoueur, très franchement, ne sont pas construits avec l’idée qu’on doit les jouer dans le vrai monde. Un monde où vous avez d’autres responsabilités plus pressantes, un monde avec des gens qui demandent de l’attention pour une minute ou même deux, parfois. Et c’est tout à fait logique: les jeux sont une expérience. Bien sûr qu’ils feront tout en leur pouvoir pour vous garder accrochés.

On joue, bien sûr, dans la « vraie vie » même si on fait l’expérience d’un univers fictionnel et/ou d’un univers de jeu.

Dota 2 et pause (Kotaku)

C’est un peu ce qui me semblait la synthèse de mon cours: l’immersion, c’est l’idée de plonger pleinement dans un univers autre, avec ses propres règles (ludiques, fictionnelles, etc.); mais on vit en fait une expérience médiatisée par quelque chose de bien réel (l’ordinateur, la console, la manette, etc.). En bref, l’univers du jeu existe par le biais de choses bien concrètes. On ne joue jamais en vase clos.

Publié par Simon Dor

Simon Dor est professeur en études vidéoludiques à l’Unité d’enseignement et de recherche (UER) en création et nouveaux médias de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue depuis août 2016. Il a soutenu sa thèse de doctorat sur l'histoire des jeux de stratégie en temps réel. Il écrit ici depuis 2006, d'abord comme étudiant en études cinématographiques éventuellement spécialisé en jeu vidéo (2008-2015), puis comme chargé de cours (2013-2016) en études du jeu vidéo (Université de Montréal) et en communication (UQAM). Ses jeux de prédilection sont StarCraft, Sid Meier's Civilization II, Final Fantasy VI, Crusader Kings II et Ogre Battle.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire