L’une des choses que l’on a critiqué en quelque sorte de la psychanalyse en art, c’est probablement qu’elle se centre beaucoup sur la figure de l’auteur, et particulièrement sur son inconscient qui crée au-delà des intentions de l’auteur lui-même. J’ai déjà parler de la limite des intentions d’un auteur, qui impliquait en quelque sorte une partie de « l’inconscient », quoique ce n’est pas du tout la même notion (je voulais plutôt dire: ce qui est inconnu de l’individu).

Néanmoins, l’une des choses qui est intriguant sur cet aspect à propos du livre de Bruno Bettelheim, Psychanalyse des contes de fées (1976), c’est qu’il fait une lecture psychanalytique d’un corpus d’oeuvres qui, dans leur définition même, n’ont pas d’auteur précis (bien qu’il se réfère souvent à des versions « officialisées sur papier », et souvent celles des Frères Grimm). Intéressante perspective.

Publié par Simon Dor

Simon Dor est professeur en études vidéoludiques à l’Unité d’enseignement et de recherche (UER) en création et nouveaux médias de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue depuis août 2016. Il a soutenu sa thèse de doctorat sur l'histoire des jeux de stratégie en temps réel. Il écrit ici depuis 2006, d'abord comme étudiant en études cinématographiques éventuellement spécialisé en jeu vidéo (2008-2015), puis comme chargé de cours (2013-2016) en études du jeu vidéo (Université de Montréal) et en communication (UQAM). Ses jeux de prédilection sont StarCraft, Sid Meier's Civilization II, Final Fantasy VI, Crusader Kings II et Ogre Battle.

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *